Doses de rappel de vaccin

Contenu mis à jour le 27 janvier 2022

Les recommandations actualisées du Center for Disease Control and Prevention (CDC, centre de contrôle et de prévention des maladies) et du Western States Scientific Safety Review Workgroup (groupe de travail des États de l’Ouest pour l’évaluation scientifique de la sécurité) concernant les doses de rappel sont les suivantes :

  • Les enfants âgés de 5 à 11 ans doivent recevoir une dose de rappel cinq mois après avoir terminé leur schéma vaccinal initial. Les enfants immunodéprimés doivent recevoir leur dose de rappel au moins trois mois après leur schéma vaccinal initial.
  • Toutes les personnes âgées de 12 ans et plus doivent recevoir une dose de rappel cinq mois après avoir terminé leur schéma vaccinal initial avec le vaccin Pfizer ou Moderna, ou deux mois après avoir reçu le vaccin à dose unique Johnson & Johnson (J&J).
  • Toutes les personnes âgées de 50 ans et plus doivent recevoir une deuxième dose de rappel quatre mois après la première dose de rappel.
  • Les personnes âgées de 12 ans et plus qui sont atteintes d’une immunodépression modérée ou sévère doivent recevoir une deuxième dose de rappel quatre mois après la première dose de rappel.
  • Les personnes âgées de 18 ans et plus qui ont reçu une dose initiale et une dose de rappel du vaccin J&J il y a plus de quatre mois peuvent recevoir une deuxième dose de rappel d’un vaccin ARNm contre le COVID-19.
Si vous avez reçu... Qui doit recevoir une dose de rappel Quand recevoir une dose de rappel Quelle dose de rappel recevoir Puis-je recevoir une deuxième dose de rappel ?
Pfizer-BioNTech Les personnes âgées de 5 ans et plus Au moins 5 mois après un schéma vaccinal initial complet

Pfizer ou Moderna sont préférables*

Les personnes âgées de 17 ans et moins peuvent uniquement recevoir le vaccin Pfizer

Les personnes de plus de 50 ans, et certaines personnes immunodéprimées, peuvent désormais recevoir une dose de rappel supplémentaire du vaccin COVID-19 à ARNm si 4 mois ou plus se sont écoulés depuis leur dernière dose de rappel.
Moderna Les personnes âgées de 18 ans et plus Au moins 5 mois après un schéma vaccinal initial complet Pfizer ou Moderna sont préférables* Les personnes de plus de 50 ans, et certaines personnes immunodéprimées, peuvent désormais recevoir une dose de rappel supplémentaire du vaccin COVID-19 à ARNm si 4 mois ou plus se sont écoulés depuis leur dernière dose de rappel.
Johnson & Johnson Les personnes âgées de 18 ans et plus Au moins 2 mois après un schéma vaccinal initial complet Pfizer ou Moderna sont préférables*

Les personnes de plus de 50 ans, et certaines personnes immunodéprimées, peuvent désormais recevoir une dose de rappel supplémentaire du vaccin COVID-19 à ARNm si 4 mois ou plus se sont écoulés depuis leur dernière dose de rappel.

Les adultes qui ont reçu un schéma vaccinal initial complet et une dose de rappel du vaccin COVID-19 Janssen de Johnson & Johnson il y a au moins 4 mois peuvent désormais recevoir une deuxième dose de rappel d'un vaccin COVID-19 à ARNm.

*Les vaccins à ARNm sont préférables, mais le vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson reste disponible si vous ne pouvez pas, ou ne souhaitez pas, recevoir un autre vaccin.

Doses pour les personnes immunodéprimés

Si vous êtes atteint d’une immunodépression modérée ou sévère, les directives vous concernant peuvent varier.

Si vous avez reçu…

Dois-je recevoir une dose supplémentaire ?

Puis-je recevoir une dose de rappel ?

Nombre total de doses

Pfizer : Deux doses administrées à 21 jours d’intervalle pour les personnes âgées de 5 ans et plus

Oui, les personnes âgées de 5 ans et plus qui sont atteints d’une immunodépression modérée ou sévère doivent recevoir une dose supplémentaire 28 jours après leur 2ème injection.

Oui, une dose de rappel du vaccin à ARNm Pfizer est recommandée aux personnes âgées de 5 à 11 ans, 3 mois après leur dernière dose, pour être à jour de leurs vaccins.

Une 2ème dose de rappel d’un vaccin à ARNm n’est pas recommandée pour les personnes âgées de 5 à 11 ans.

4

Oui, une dose de rappel d’un vaccin à ARNm est recommandée aux personnes âgées de 12 ans et plus, 3 mois après leur dernière dose, pour être à jour de leurs vaccins.

Une 2ème dose de rappel d’un vaccin à ARNm devrait être administrée 4 mois après la 1ère dose de rappel pour les personnes âgées de 12 ans et plus.

Les personnes âgées de 17 ans et moins peuvent uniquement recevoir le vaccin Pfizer.

5

Pfizer : Trois doses administrées pour les enfants âgés de 6 mois à 4 ans. Les deux premières doses doivent être administrées à 21 jours d'intervalle et la troisième dose 8 semaines après la deuxième dose. Non, les enfants âgés de 6 mois à 4 ans qui sont modérément ou sévèrement immunodéprimés ne doivent pas recevoir une dose supplémentaire pour le moment. Non, une dose de rappel d'un vaccin à ARNm n'est pas recommandée pour les enfants âgés de 6 mois à 4 ans à l'heure actuelle. 3

Moderna : Deux doses administrées à 28 jours d’intervalle pour les personnes âgées de 6 mois  ans et plus

Oui, les personnes âgées de 6 mois ans et plus qui sont atteints d’une immunodépression modérée ou sévère doivent recevoir une dose supplémentaire 28 jours après leur 2ème injection.

Non, une dose de rappel d'un vaccin à ARNm n'est pas autorisée à l'heure actuelle pour les personnes âgées de 6 mois à 17 ans qui ont reçu le vaccin Moderna dans leur schéma vaccinal initial.

3

Oui, une dose de rappel d’un vaccin à ARNm est recommandée 3 mois après la dernière dose pour être à jour de ses vaccins.

Une 2ème dose de rappel d’un vaccin à ARNm devrait être administrée 4 mois après la 1ère dose de rappel pour les personnes âgées de 18 ans et plus.

5

Johnson & Johnson : Une dose, autorisée pour les personnes âgées de 18 ans et plus

Oui, les personnes âgées de 18 ans et plus qui sont atteints d’une immunodépression modérée ou sévère doivent recevoir une dose supplémentaire d’un vaccin à ARNm 28 jours après leur 1ère dose du vaccin J&J.

Oui, une dose de rappel d’un vaccin à ARNm est recommandée aux personnes âgées de 18 ans et plus, au moins 2 mois après leur dernière dose, pour être à jour de leurs vaccins.

Si vous avez reçu une dose initiale et une dose de rappel du vaccin J&J, une 2ème dose de rappel d’un vaccin à ARNm devrait être administrée 4 mois après la 1ère dose de rappel.

4

Foire Aux Questions (FAQ)

Dois-je recevoir la même marque de vaccin pour ma dose de rappel ?

Vous pouvez recevoir un vaccin de marque différente pour votre dose de rappel et votre schéma vaccinal initial. Les CDC ont pris leur décision à la suite d'un examen minutieux des données les plus récentes (Moderna, Johnson & Johnson, combinaison de doses de rappel) et d'une discussion approfondie et délibérée à propos des doses de rappel.

Les personnes âgées de 17 ans et moins peuvent uniquement recevoir le vaccin Pfizer pour leur dose de rappel.

Pourquoi des doses de rappel sont-elles importantes ?

Les doses de rappel contribuent à assurer une protection continue contre des formes graves de la maladie chez les personnes qui présentent un risque élevé de forme grave du COVID-19.

Les doses de rappel n'étaient auparavant recommandées que pour les populations à haut risque de contracter une forme grave du COVID-19, mais la recommandation a été élargie pour inclure toutes les personnes âgées de 5 ans et plus afin de renforcer la protection contre le COVID-19.

C'est particulièrement important avec l'apparition de variants plus contagieux et l'augmentation des cas de COVID-19 aux États-Unis.

Les vaccins COVID-19 autorisés ou approuvés aux États-Unis restent très efficaces pour réduire le risque de forme grave de la maladie, d'hospitalisation et de décès liés au COVID-19, même contre les variants. Néanmoins, les vaccins actuels peuvent être associés à une baisse de la protection au fil du temps. Les doses de rappel augmenteront la protection induite par le vaccin contre le COVID-19 et permettront de faire durer l'immunité plus longtemps.

Continuez-vous à administrer le schéma vaccinal initial ?

Oui. La vaccination de toutes les personnes éligibles avec un schéma vaccinal initial (1 dose du vaccin COVID-19 Johnson & Johnson ou 2 doses du vaccin Pfizer ou Moderna) est toujours une priorité absolue. Les taux d'hospitalisation sont 10 à 22 fois plus élevés chez les adultes non vaccinés que chez les adultes vaccinés. Les personnes vaccinées ont beaucoup moins de risques de tomber gravement malades à cause du COVID-19 (elles pourraient même ne pas être malades du tout) que les personnes non vaccinées. Les vaccinations peuvent également éviter aux personnes vaccinées de tomber malades et de développer les symptômes à long terme que rapportent jusqu'à 50 % des personnes atteintes du COVID-19.

Si nous avons besoin de doses de rappel, cela signifie-t-il que les vaccins ne fonctionnent pas ?

Non. Les vaccins COVID-19 actuellement proposés aux États-Unis sont efficaces pour prévenir les formes graves de la maladie, les hospitalisations et les décès, même contre les variants. Toutefois, les experts en santé publique constatent une réduction de la protection contre les formes légères et modérées du COVID-19, en particulier chez les personnes à haut risque.

Si je ne reçois pas de dose de rappel, suis-je toujours complètement vacciné ?
  • Une personne est totalement vaccinée deux semaines après avoir reçu toutes les doses recommandées du schéma vaccinal initial contre le COVID-19.
  • Une personne est à jour de ses vaccins contre le COVID-19 si elle a reçu toutes les doses recommandées du schéma vaccinal initial et toutes les doses de rappel auxquelles elle a droit.
Comment prouver que j'ai droit à une dose de rappel ?

Vous pouvez déclarer vous-même que vous avez droit à une dose de rappel. Vous n'avez pas besoin de présenter la recommandation d'un professionnel de santé.

Veuillez apporter votre carte de vaccination lors de votre rendez-vous pour recevoir la dose de rappel afin que le professionnel de santé puisse confirmer que vous avez bien reçu le schéma vaccinal de deux doses du vaccin Pfizer. Si vous n'avez pas votre carte, le prestataire peut consulter votre dossier.

Quelle est la différence entre une dose de vaccin supplémentaire et une dose de rappel ?
  • Une dose supplémentaire est destinée aux patients qui ont reçu un schéma vaccinal initial de 2 doses de vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna) mais qui n'ont pas obtenu une réponse immunitaire suffisamment forte.
  • Une dose de rappel est destinée aux patients dont l'immunité après le schéma vaccinal initial a probablement diminué au fil du temps.

Il est actuellement recommandé aux groupes suivants de recevoir une dose de rappel du vaccin COVID-19.

  Qui peut l'obtenir Quand l'obtenir
Dose supplémentaire

Les personnes qui sont immunodéprimées et qui ont reçu un vaccin COVID-19 à ARNm à deux doses doivent recevoir une dose supplémentaire.

Au moins 28 jours après votre deuxième dose de vaccin à ARNm anti-COVID-19 ou votre première dose de vaccin Johnson & Johnson. Il est crucial que la dose supplémentaire après la réception du vaccin J&J soit un vaccin à ARNm.
Dose de rappel Les personnes âgées de 18 ans et plus qui ont reçu le vaccin COVID-19 Johnson & Johnson pour leur schéma vaccinal initial.

Au moins deux mois après votre première dose.

Pour les patients présentant une immunodépression modérée à sévère, au moins 2 mois après votre dose supplémentaire (deuxième dose).

Les personnes âgées de 5 ans et plus qui ont reçu le vaccin COVID-19 Pfizer-BioNTech pour leur schéma vaccinal initial.

Au moins cinq mois après votre deuxième dose d'un vaccin à ARNm.

Pour les patients présentant une immunodépression modérée à sévère, au moins 3 mois après votre dose supplémentaire (troisième dose).

Les personnes âgées de 18 ans et plus qui ont reçu le vaccin COVID-19 Moderna pour leur schéma vaccinal initial.

Au moins cinq mois après votre deuxième dose d'un vaccin à ARNm.

Pour les patients présentant une immunodépression modérée à sévère, au moins 3 mois après votre dose supplémentaire (troisième dose).

Les personnes de plus de 50 ans, et certaines personnes immunodéprimées, peuvent désormais recevoir une dose de rappel supplémentaire du vaccin COVID-19 à ARNm si 4 mois ou plus se sont écoulés depuis leur dernière dose de rappel. Suite à la mesure réglementaire prise par la Food and Drug Administration (FDA, administration américaine des produits alimentaires et médicamenteux) (en anglais seulement), le Western States Scientific Safety Review Workgroup (groupe de travail des États de l'Ouest sur l'évaluation de la sécurité scientifique) s'est prononcé en faveur des recommandations actualisées des Centers for Disease Control and Prevention (centres de contrôle et de prévention des maladies) sur les doses de rappel supplémentaires (en anglais seulement).

Que signifie être immunodéprimé ?

Les personnes qui sont immunodéprimées et qui ont reçu un vaccin COVID-19 à ARNm à deux doses doivent recevoir une dose supplémentaire.

Si vous présentez l'une des affections médicales suivantes, vous êtes considéré comme modérément à sévèrement immunodéprimé et pouvez bénéficier d'une dose supplémentaire de vaccin contre le COVID-19. Cela inclut les personnes qui :

  • Vous recevez un traitement actif contre le cancer pour des tumeurs ou des cancers du sang.
  • Vous avez reçu une greffe d'organe et vous prenez des médicaments immunosuppresseurs.
  • Vous avez reçu une greffe de cellules souches au cours des 2 dernières années ou vous prenez des médicaments immunosuppresseurs.
  • Vous souffrez d'immunodéficience primaire modérée ou grave (comme le syndrome de DiGeorge, le syndrome de Wiskott-Aldrich).
  • Vous êtes atteint d'une infection au VIH avancée ou non traitée
  • Vous recevez un traitement actif par corticostéroïdes à forte dose ou d'autres médicaments susceptibles de supprimer la réponse immunitaire.

Si les vaccins dont nous disposons sont efficaces à 90 % contre la plupart des variants du virus, des études montrent que les personnes modérément ou gravement immunodéprimées ne développent pas toujours une immunité suffisamment forte. La troisième dose n'est pas considérée comme un rappel, mais comme une dose supplémentaire pour ceux qui n'ont pas développé une immunité suffisante avec le schéma vaccinal à deux doses.

Que sont les affections médicales sous-jacentes ?

Les personnes de tout âge souffrant des affections énumérées ci-dessous (en anglais seulement) sont plus susceptibles de tomber gravement malades en cas d'infection par le COVID-19. Une maladie grave signifie qu'une personne atteinte du COVID-19 peut :

  • Être hospitalisé
  • Avoir besoin de soins intensifs
  • Avoir besoin d'un ventilateur pour respirer
  • Mourir

Les vaccins contre le COVID-19 (doses initiales et doses de rappel) et les autres mesures de prévention contre le COVID-19 sont importants, en particulier si vous êtes plus âgé ou si vous avez des problèmes de santé multiples ou graves, y compris les affections figurant dans cette liste. Cette liste n'inclut pas toutes les affections possibles qui vous exposent à un risque accru d'une forme grave de COVID-19. Si vous souffrez d'une maladie qui n'est pas citée ici, demandez à votre médecin comment gérer au mieux votre maladie et vous protéger contre le COVID-19.

  • Cancer
  • Maladie chronique des reins
  • Maladie chronique du foie
  • Maladie chronique des poumons
  • Démence ou autres troubles neurologiques
  • Diabète (type 1 ou 2)
  • Trisomie 21
  • Problèmes cardiaques
  • infection par le VIH
  • État immunodéprimé (système immunitaire affaibli)
  • Troubles de santé mentale
  • Surpoids et obésité
  • Grossesse
  • Drépanocytose ou thalassémie
  • Tabagisme, actuel ou ancien
  • Transplantation d'un organe solide ou de cellules souches du sang
  • Accident vasculaire cérébral ou maladie cérébrovasculaire, qui affecte la circulation du sang dans le cerveau.
  • Troubles de la toxicomanie
  • Tuberculose
Combien de doses des vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna (les vaccins à ARNm) sont nécessaires pour les personnes présentant une immunodépression modérée ou sévère, et qui ont reçu un vaccin à ARNm comme première dose dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19 ?
  • Pour ce qui est du vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19, la deuxième dose pour les personnes présentant une immunodépression modérée ou sévère est administrée 21 jours (3 semaines) après la première dose, la troisième dose est inoculée au moins 28 jours (4 semaines) après la deuxième dose, et il est désormais recommandé que la quatrième dose (la dose de rappel) soit reçue au moins 3 mois après la troisième dose.
  • Pour le vaccin anti-COVID-19 Moderna, la deuxième dose pour les personnes présentant une immunodépression modérée ou sévère est administrée 28 jours après la première dose, la troisième dose est injectée au moins 28 jours après la deuxième dose, et il est désormais recommandé que la quatrième dose (la dose de rappel) soit reçue au moins 3 mois après la troisième dose.
  • Une deuxième dose de rappel du vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech peut être administrée aux personnes de 12 ans et plus qui présentent certains types d'immunodépression, au moins 4 mois après l'administration d'une première dose de rappel de n'importe quel vaccin COVID-19 autorisé ou approuvé. De même, une deuxième dose de rappel du vaccin COVID-19 de Moderna peut être administrée au moins 4 mois après la première dose de rappel aux personnes de 18 ans. Il s'agit de personnes qui ont subi une transplantation d'organe solide ou qui présentent des affections considérées comme entraînant un niveau équivalent d'immunodépression.
Combien de doses de vaccin sont recommandées pour les personnes présentant une immunodépression modérée ou sévère ayant reçu un vaccin J&J/Janssen comme première dose de vaccin contre la COVID-19 ?
  • La dose supplémentaire (deuxième dose) est administrée au moins 28 jours (4 semaines) après la dose J&J/Janssen. La dose de rappel (troisième dose) est administrée au moins 2 mois après la dose supplémentaire du vaccin à ARNm.
  • Il est essentiel que la dose supplémentaire soit un vaccin anti-COVID-19 à ARNm. De même qu'un vaccin anti-COVID-19 à ARNm est recommandé dans le cadre de la dose de rappel, à cause des préoccupations liées au risque accru de thrombose avec syndrome de thrombocytopénie (STT) en cas d'utilisation du vaccin J&J/Janssen. Le STT est certes rare, mais il n'en demeure pas moins un effet indésirable grave qui provoque des caillots sanguins ou des problèmes de coagulation.
  • Les adultes qui ont reçu un schéma vaccinal initial complet et une dose de rappel du vaccin COVID-19 Janssen de Johnson & Johnson il y a au moins 4 mois peuvent désormais recevoir une deuxième dose de rappel d'un vaccin COVID-19 à ARNm.
Quelle est la justification pour la réduction de l'intervalle de réception de la dose de rappel—de 5 mois à 3 mois—chez les personnes présentant une immunodépression modérée ou sévère ?

Il est possible que les personnes présentant une immunodépression modérée ou sévère ne développent pas d'immunité protectrice après une série primaire, même lorsque la série primaire recommandée de 3 doses de vaccin à ARNm est utilisée. Elles sont également les plus susceptibles de perdre leur immunité protectrice au fil du temps, et devraient par conséquent recevoir une dose de rappel plus tôt. Les premières données issues de plusieurs petites études montrent que les personnes présentant une immunodépression modérée ou sévère développent souvent à nouveau des taux d'anticorps élevés après une dose de rappel administrée à un intervalle inférieur à 5 mois. Cependant, rien ne prouve qu'un problème de sécurité accru se soit posé. Les États-Unis sont actuellement frappés de plein fouet par une vague de contamination rapide à la COVID-19, et il devient de plus en plus difficile d'éviter une exposition aux personnes infectées. Nous comprenons par conséquent l'importance d'administrer une dose de rappel le plus tôt possible aux personnes présentant un risque élevé de complications graves.

Les personnes présentant une immunodépression modérée ou sévère auront-elles besoin d'une note/ordonnance d'un médecin ou d'un autre document pour se voir administrer ces doses ?

Non, ces personnes peuvent s'identifier elles-mêmes et ainsi bénéficier de toutes les doses partout où les vaccins sont proposés. De cette manière, il sera possible de s'assurer qu'il n'y a pas d'obstacles supplémentaires à l'accès au vaccin pour cette population. Si les personnes immunodéprimées ont des questions sur leur état de santé spécifique, elles peuvent discuter avec leur prestataire de soins de santé pour savoir si l'administration d'une dose supplémentaire est appropriée dans leur cas.